Collecte devant le restau U

Résultats de la collecte ce jour 5 novembre :

1080 euros

qui seront reversés aux caisses de soutien aux grévistes instaurées par la CGT (1)  et Solidaire (2)

(1) chèque à l’ordre de Cgt solidarité luttes retraite »

à retourner à l’adresse :

« Cgt solidarité luttes retraite » 263 rue de Paris 93100 Montreuil

(2) Chèque à l’ordre  de solidaires (solidarité grévistes au dos)

UNION SYNDICALE SOLIDAIRES 144 BOULEVARD DE LA VILLETTE – 75 019 Paris

Une autre collecte  est prévue la semaine prochaine avec une affiche apposée la veille pour que les personnes amènent leur porte-monnaie car beaucoup viennent juste avec la carte de Restau (enfin c’est  c e qu’ils disent)

Poster un commentaire

Classé dans Actions

AILLEURS DANS LES UNIVERSITES

Retraites: blocage voté dans quatre universités, déblocage dans deux *

Dépêche AFP du 02/11/2010 19:06:05 GMT+01:00

PARIS, 2 nov 2010 (AFP) – Les étudiants de quatre universités ont voté mardi en assemblées générales le blocage de leurs établissements pour lutter contre la réforme des retraites, tandis que le déblocage a été voté dans deux hauts lieux de la contestation, Caen et Tolbiac.

Au Mans, à Nantes, Pau et Saint-Etienne, les étudiants ont voté le blocage, ce qui ne veut pas dire que celui-ci a débuté partout.

A Nantes, une assemblée générale (AG) qui a rempli un amphithéâtre de 800 personnes a voté le blocus de la faculté de lettres et sciences humaines de l’université jusqu’à lundi, selon le Syndicat des étudiants nantais (SEN).

A Saint-Etienne, une AG à laquelle ont participé 300 des 7.000 étudiants a voté le blocage et l’occupation de l’université Jean-Monnet. « Nous allons occuper le site jour et nuit pour empêcher la fermeture administrative que va décréter la direction de l’université », a déclaré Dimitri Paraskevaïdis, représentant de l’Union des étudiants communistes (UEC).

Au Mans, une AG de quelque 400 personnes a décidé de reprendre le blocage du campus à partir de mercredi, afin de préparer la journée d’action du jeudi 4 novembre, a assuré un porte-parole étudiant.

Enfin à Pau, l’AG de 250 étudiants a voté de justesse la reprise mardi du blocage du campus qui doit être effectif jusqu’à la prochaine AG prévue jeudi à 14H00, selon un porte-parole étudiant. Le campus de Pau est le plus grand des quatre campus composant l’université de Pau et des Pays de l’Adour (UPPA).

A noter qu’à l’université de Toulouse-Le Mirail (lettres, histoire, langues), les étudiants ont voté « massivement » mardi la poursuite de la grève après 10 jours de vacances, sans se prononcer sur les modalités du mouvement, selon un porte-parole de la coordination.

A l’inverse, deux hauts lieux de la contestation contre la réforme des retraites, le principal campus de Caen et le centre Tolbiac de Paris-1, ont voté mardi le déblocage et la reprise des cours, lors d’assemblées générales fournies réunissant chacune quelque 1.200 étudiants.

Le principal campus de Caen était bloqué depuis plus d’une semaine.

Selon l’Unef, la première organisation étudiante, 18 assemblées générales ont eu lieu mardi dans des universités et 53 au total devraient se tenir pendant la semaine, avec pour objectif de mobiliser les étudiants pour la prochaine journée interprofessionnelle contre la réforme des retraites, samedi 6 novembre.

Les votes de blocage ne signifient pas pour autant un blocage dans la foulée. Au ministère de l’Enseignement supérieur, on ne dénombrait que deux universités « perturbées » mardi, Nantes et Saint-Etienne.

Mardi dernier, les étudiants avaient répondu en faible nombre à l’appel de l’Unef qui entendait montrer que la jeunesse restait mobilisée malgré les vacances de la Toussaint.

De nos correspondants universitaires

** TOULOUSE :
– Jeudi 4 nov. : blocage des accès à l’aéroport de Toulouse-Blagnac (c’était ce matin, de 5h à 8h, avec encore beaucoup de « Cégétistes » et
de « Sudistes », plus quelques Unsa, Cfdt, Cnt, Fsu et étudiants).
– Vendredi 5 nov. : diffusion de tract dans le quartier Basso-Cambo (matin et soir).
– Samedi 6 nov., comme tout le monde, manif !

** PARIS : SORBONNE
Mercredi 3 nov. au soir : la Sorbonne est occupée.

** SAINT ETIENNE
Mardi 2 nov. : AG des étudiants sur le site de Tréfilerie (Lettres, Langues, SHS, Droit, Eco.), vote du blocage du site (180 pour, 120 contre). Intervention des forces de l’ordre cette nuit pour évacuer le site, les cours ont repris le 3 nov. matin sous surveillance policière.

** NANTES
Mardi 2 nov. : l’AG a voté le blocus de la faculté de lettres et de sciences humaines de l’université de Nantes jusqu’à lundi prochain, dans le cadre de la protestation contre la réforme des retraites, a indiqué le Syndicat des étudiants nantais (SEN).

Cette réunion a rempli un amphithéâtre de 800 personnes à la faculté de droit, selon le président du SEN, Aurélien Chauvet, ce qui en fait l’AG la plus nombreuse depuis le début du mouvement sur les retraites.

La faculté Nantaise avait voté en AG le 20 octobre un premier blocus, interrompu la semaine dernière par les congés de la Toussaint.

Lundi 8 nov. : nouvelle AG.

==============
Evacuation de l’université de Saint-Etienne, un étudiant en garde à vue

SAINT-ETIENNE (AP) — L’université de Saint-Etienne, bloquée et occupée par une trentaine de jeunes depuis mardi soir, a été évacuée par la police mercredi matin, entre 7h et 7h30, a-t-on appris de sources syndicale et policière.

Vingt-huit jeunes, dont des lycéens, ont été évacués sans résistance du site Tréfilerie, situé dans le centre de Saint-Etienne, qui accueille 7.000 étudiants, où ils avaient passé la nuit, précise la préfecture de la Loire.

Un étudiant stéphanois, responsable local de l’Union des étudiants communistes, a ensuite été interpellé peu avant 9h pour « rébellion à agent de la force publique » et placé en garde à vue au commissariat central de Saint-Etienne.

La préfecture rapporte qu’outre des invectives envers les forces de l’ordre, on reproche notamment à ce « meneur » d’un petit groupe de bloqueurs d’avoir tenté de retirer un bouclier à un CRS.

Elle ajoute que les cours ont repris normalement, en présence de forces de l’ordre aux entrées de l’université.

Dimitri Paraskevaïdis, un étudiant en sociologie de 22 ans, membre de l’Union des étudiants communistes, a été interpellé « alors qu’il tentait de rejoindre des camarades isolés par un cordon de CRS », a pour sa part déclaré son père Yannis Paraskevaïdis, présent sur place avec d’autres militants de l’union locale CGT de Saint-Etienne à laquelle il appartient.

Mardi après-midi, 300 étudiants sur les 7.000 rattachés au site Tréfilerie ont participé à cette assemblée générale où était représentée l’Union des étudiants communistes et l’UNEF, pour s’opposer à la réforme des retraites.

« Nous allons occuper le site jour et nuit jusqu’à la prochaine AG, le 9 novembre », avait déclaré à l’issue de la réunion Dimitri Paraskevaïdis.

De son coté, la présidence de l’université stéphanoise annonce mercredi dans un communiqué que son « conseil d’administration réuni mardi soir condamne fermement le blocage et l’occupation de l’université, y compris nocturne, préjudiciables à la sécurité des personnes et des biens ». Dans ce cadre, le conseil « apporte son soutien au président pour prendre toute mesure pour rétablir les conditions de fonctionnement normal de l’Université Jean-Monnet ». AP

==========

BREST => des barrages filtrants aux entrées le matin.
ils répondront à l’appel de la coordination avec une action demain qui s’inscrit dans le cadre de l’appel départemental de blocage des marchandises. ( bloquer la Scarmor, la centrale d’achat de Leclerc, au Relecq-Kerhuon, demain, jeudi, dès 6 h du matin.)

PAU => blocage revoté hier, nouvelle AG demain.

LE MANS => poursuite de la grève contre la réforme des retraites. Première action : le blocage des locaux dès 6 h ce mercredi.
Une nouvelle assemblée générale s’est tenue à 10 h aujourd’hui, pour décider des actions du jeudi, jour où les lycéens rentrent de vacances et sont appelés à manifester l’après-midi.

LYON => 2 sites de l’université ont revoté la grève hier.
communiqué de la présidence de l’université:
« L’équipe présidentielle a décidé de rouvrir les portes de l’Université Lumière Lyon 2 ce matin. Face à « l’angoisse réelle devant l’avenir, qui exprime les craintes légitimes concernant l’emploi et la précarité aggravée « , la présidence a considéré qu’elle ne pouvait plus « ignorer l’état d’exaspération  » des étudiants. Pour permettre aux débats d’avoir lieu sur les campus, l’Université qui avait fermée pendant les grèves, a rouvert ses portes ce matin et mis en place un système exceptionnel d’assemblées générales communes aux étudiants et aux personnels enseignants et administratifs. Les absences ne seront pas comptabilisées pendant les AG. Les premières avaient lieu ce midi simultanément sur les deux campus, à Bron et sur le quai Claude Bernard.  »

TOULOUSE => vote massif pour la poursuite du mouvement

LIMOGES => poursuite du mouvement. distribution de tracts aujourd’hui et demain. action avec lycéens vendredi.

SAINT ETIENNE => L’AG d’hier a voté le blocage et l’occupation des locaux jusqu’au 9 novembre.

NANTES => blocage reconduit jusqu’à lundi prochain. Par ailleurs, la préfecture annonce ce midi que 29% des stations services du département ne sont toujours pas ravitaillées normalement.

Poster un commentaire

Classé dans Mouvements dans les universités

CR des actions campus du 4 novembre

Tractage aux entrées du Campus:

Nous étions nombreux répartis aux 3 entrées du campus dés 6 h 45…

Quelques râl entissements

CR de l’AG personnel étudiants 12h-14h

Assistance moyenne

CR suit..

A décidé entre autres une collecte à l’entrée du Restau U pour aider les secteurs en lutte demain vendredi 5 novembre

Poster un commentaire

Classé dans Actions

Communiqué de presse de « génération IEP »

Blocage de l'IEP le 3 novembre 2010

A méditer… (à vos commentaires)

Communiqué de presse de « Génération IEP »

Vendredi 4 novembre 2010

Génération IEP, troisième force étudiante au conseil administration de Sciences Po Grenoble, tient à faire part de sa plus vive indignation suite aux blocages qui ont eu lieu mercredi matin aux entrées de l’Institut d’Etudes Politiques (I.E.P.). En effet, une trentaine de militants extérieurs à notre établissement ont empêché les élèves qui souhaitaient suivre régulièrement leurs enseignements de pouvoir rejoindre les amphithéâtres et salles de classe. Ce sont ainsi plusieurs centaines d’étudiants de l’IEP de Grenoble qui ont été privés de cours pendant plus de la moitié de la journée.
Face à la menace que faisaient peser des individus particulièrement agressifs, la direction de l’établissement a été dans l’obligation de suspendre durant toute la matinée l’ensemble des activités éducatives cédant malheureusement aux chantages des bloqueurs. Certains étudiants ont d’ailleurs vu pleuvoir menaces et insultes lorsque ce n’était pas les coups s’ils ne cédaient pas aux injonctions des meneurs.
Génération IEP condamne fermement l’ensemble de ces actes odieux, scandaleux et antidémocratiques où une minorité d’agitateurs intimide une majorité d’étudiants désireux de réussir leurs études. Elle appelle la direction de notre établissement à la plus grande vigilance et à la plus grande fermeté pour que les étudiants puissent retourner en toute sécurité dans les salles de classe. Par ailleurs, elle tient à manifester sa plus grande solidarité avec les milliers d’étudiants de l’Université Pierre Mendès France qui à cette heure sont toujours victimes du blocage de leur établissement.

Les élus étudiants de Génération IEP,

Kevin Brookes
Jean-Philippe Drillat

1 commentaire

Classé dans communiqués

le communiqué intersyndical de l’ESR sur le budget 2011

A télécharger le communiqué intersyndical de l’ESR sur le budget 2011….. calamiteux!

communique_intersynd_ESR_021110

Poster un commentaire

Classé dans Actions

Actions du jeudi 4 novembre 2010 contre le projet gouvernemental de réforme des retraites

Black out après 8 mois d’interruption le site reprend vie.. directement dans l’action..

Prévision pour jeudi 4 novembre

Distribution de tracts jeudi pour appeler à l’AG et à la manif

Deux tracts seront diffusés : le tract intersyndical 38 et, par les signataires de l’intersyndicale le tract spécifique campus appelant également à l’AG personnels et étudiants.

-Le RDV est à 6h45 au rond point situé entre la rocade sud, la zone de mayencin et le campus

(voir plan de Françoise ci-dessous).

Si vous ne pouvez pas y être si tôt, n’hésitez pas à nous rejoindre après, sur l’un des 3 lieux de distribution.

Télé charger le Plan diff 4 nov

Télécharger le tract spécifique campus : tract 4 nov CGT FSU SUD UNEF MARRE

Assemblée générale du personnel jeudi 4 novembre de 12h à 14 h Amphi G

(Autorisation d’absence pour le personnel accordée par le Président de l’UPMF)

Poster un commentaire

Classé dans Actions

Réformes des écoles : que deviennent nos enfants là-dedans ?

Réunion publique mardi 4 mai 2010

A l’initiative de la FCPE Nicolas Chorier et collectif de parents Chorier-Berriat

avec le soutien et interventions de membres de :

Cirbe – collectif Marre!! – FCPE Isère – LDH – Snuipp-FSU – Sud éducation

Mardi 4 mai 2010 20 h- salle de conférence- maison du tourisme – Grenoble

Poster un commentaire

Classé dans Actions

Nous n’acceptons pas…

Tout (re)commence en Mai : motion de l’AG unitaire CNFDE, FCPE, SLU, CNU du 10 avril 2010

Nous, parents d’élèves, étudiants, enseignants du premier, du second degré et du supérieur, formateurs et enseignants des IUFM et des UFR, BIATOSS, chercheurs, réunis en assemblée générale unitaire ce 10 avril, n’acceptons pas une politique destinée à détruire jusqu’à l’idée même de service public de l’Éducation et à faire de la formation et l’éducation des marchandises.

Cette attaque contre l’éducation s’inscrit également dans une entreprise de casse du travail qui frappe aussi bien le privé que tous les secteurs du public : santé, recherche, justice, culture, pôle emploi.

Nous n’acceptons pas que l’idéologie managériale étende sans cesse son empire, avec les conséquences que l’on sait (exemple de France Télécom notamment).

Ensemble contre la destruction de l’Éducation nationale, de la maternelle à l’université

Nous continuons à refuser l’opération de casse de l’Éducation nationale baptisée « mastérisation ». Nous affirmons à nouveau, avec la quasi-totalité des syndicats, des associations, des sociétés savantes et un très grand nombre de conseils d’UFR, de conseils centraux d’universités, que nous n’acceptons pas que, sous prétexte d’économies, mais en réalité pour privatiser et marchandiser le savoir, on sabote irrémédiablement la formation des enseignants, que l’on tue les IUFM, les formations à la recherche, que l’on contraigne les nouveaux enseignants à prendre en charge des classes à temps plein dès la première année, sans véritable formation, et que l’on dénature les concours de recrutement, compromettant ainsi durablement la qualité de l’enseignement.

Au moment où le ministre réunit des  « États généraux de la sécurité à l’École »,

  • il organise en même temps les conditions nécessaires au développement de l’insécurité pour 1,6 millions d’élèves, leurs enseignants-stagiaires non formés, premières victimes de cette réforme, et les établissements où ils seront affectés,
  • Il organise une managérialisation de la gestion des établissements et des personnels, qui déstabilise la situation des agents titulaires et généralise la précarité.

Nous réaffirmons, avec les 80 000 signataires de la pétition nationale, qu’enseigner est un métier qui s’apprend et que la formation des enseignants est un investissement indispensable à l’avenir du pays.

Lire le texte complet sur le site du collectif IUFM Grenoble

Poster un commentaire

Classé dans Actions, Assemblées générales

Nous nous sommes battus, et nous avions raison

Lettre du Collectif MARRE aux collègues de l’Université Stendhal, suite au vote par le CA de l’établissement des projets de maquettes de Masters d’enseignement le lundi 29 mars 2010.

Chèr-e-s collègues,

Nous étions des milliers, des dizaines de milliers. Nous avons hissé haut notre refus et nous avons tenu des mois, et des troupeaux de chaises sont parties en vacances, et des centaines d’heures se sont égrenées en ronde infinie des obstinés : nous ne défendions aucune corporation, aucun privilège, aucun conservatisme, mais une seule idée, une seule : l’éducation n’est pas un marché, la recherche n’est pas une marchandise !

Nous nous sommes battus, et nous avions raison.

Le rouleau compresseur est passé, et nous sommes passés dessous. Nous avons perdu cette bataille, et beaucoup d’entre nous ne s’en sont pas encore remis. Oui, mais qu’avons-nous perdu ? Avons-nous perdu nos convictions, nos idées, notre indépendance d’esprit ? Avons-nous perdu notre raison, notre critique, notre cohérence, notre logique ? Avons-nous perdu notre conscience, nos valeurs, l’idée même de notre mission de service public ?

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans communiqués

Caravane pour l’éducation à Grenoble

ETATS GENERAUX DE LA VIOLENCE SCOLAIRE ???

FAITES REMONTER VOS DOLÉANCES !!

Télécharger l’affiche

Télécharger la fiche de doléances

Alors que se poursuit la casse de l’éducation publique par la suppression des postes, la diminution des moyens horaires dans les établissements et un ensemble de pseudo-réformes destinées uniquement à adapter les structures scolaires à cette nouvelle réalité, le ministre Luc Chatel convoque les 07 et 08 avril des « Etats Généraux de la violence scolaire ». Cette initiative hypocrite d’un gouvernement qui participe activement à la réduction du nombre d’adultes dans les collèges et les lycées et qui propose une fois de plus de ne regarder l’éducation que par le petit bout de la lorgnette est inacceptable !

Des parents d’élèves et des enseignants montent de Marseille à Paris pour rejoindre les Contre Etats Généraux de la violence scolaire le jeudi 08 avril et déposer au ministère les doléances concernant les réformes (masterisation des concours, réforme du lycée, etc.) et la réduction des moyens dans les établissements.

Tous les parents d’élèves, enseignants, stagiaires et lycéens sont invités à venir déposer leurs doléances et rencontrer l’équipe de la « Caravane pour l’éducation » mardi 06 avril à 18 h 00, place Grenette

RASSEMBLEMENT place Grenette MARDI 06 avril à 18 h 00

Poster un commentaire

Classé dans Actions