AG UPMF du 23 février 2009

150 à 200 personnes présentes essentiellement BIATOS et enseignants, quelques étudiants.

Présence de René Favier (VP recherche UPMF et président du CS) représentant Alain Spalanzani

Informations sur le mouvement au niveau national et local (Patrick Palmer)

Rapide CR de la coordination nationale (motions évènements prochains)

Information sur les derniers évènements au CA : reprise des éléments du communiqué

Denis Vernant rappelle qu’il est à l’origine de la demande faite à A. Spalanzani, Président de l’UPMF de présenter sa position à l’AG.
L’Université est une communauté et il ne se satisfait pas de la « délégation »  de René Favier. C’est à l’heure de la tempête qu’il faut voir le capitaine sur le pont. Il dénonce l’absence de démocratie directe et même de démocratie représentative dans la mesure où désormais  la seule instance décisionnelle est le CA.
A ce sujet, il a adressé une lettre ouverte au Président

Motion 1

  • L’AG réunie le 23 février déplore que le président n’ait pas cru bon de venir participer en personne à un débat avec les enseignants, personnels administratifs et étudiants sur la situation de notre université.
  • Elle condamne fermement le vote du CA du 12 février qui, suivant le funeste exemple de l’UJF, a décidé contre l’avis du CEVU et de conseils d’UFR de faire remonter au Ministère les maquettes de mastérisation.
  • Il est désormais patent que la loi LRU conduit de facto à une insidieuse confiscation du pouvoir et porte une grave atteinte à la vie démocratique de notre université.

Motion adoptée à l’Unanimité

René Favier : Est prêt à répondre à toutes nos questions

Trouve très injustes les accusations portées contre le président qui a été obligé de choisir entre l’AG et une réunion sur le plan Campus à GU. C’est normal qu’il ait fait le choix de cette réunion où des décisions impliquant la communauté universitaire dans son ensemble doivent être prises.
Sur les évènements au CA, il ne peut pas laisser dire que l’on n’a pas eu la possibilité de parler. Il avait été prévu de faire voter par le CA un texte proposé par des collègues de SH et accepté après rédaction commune par la Présidence. Ce texte demandait le report de 2 dossiers en cours et cela n’a pu être fait suite au départ de l’Intersyndicale.

Sur le décret des EC : la Présidence n’est pas demandeur du décret. La présidence votera pour le report du décret mais elle ne votera pas sa non application.

Sur la mastérisation : le vote du CA s’est référé à la nécessaire solidarité avec les autres établissements ; il y a nécessité d’une cohérence entre tous les établissements. Si l’UJF vote la remontée des maquettes, l’UPMF ne peut pas se permettre de laisser l’UJF seule sur ce chantier. Le CA de Stendhal devant se re-prononcer sur cette question, il faut qu’une position commune s’exprime. Sur la maquette professorat des écoles, les enjeux sont trop importants pour les laisser à d’autres.

Florian Delmas (élu au CA) : Tient à souligner la stratégie délibérée du CA de faire passer la maquette « professorat des écoles » alors qu’elle n’a pas reçu l’accord du conseil d’UFR SHS et que la majorité des enseignants de cette maquette a publiquement refusé son accord. Cette maquette n’a pas été évaluée par les personnes les plus concernées (n’a pas été examinée non plus par le conseil d’UFR SHS).

Bernard Gerbier (élu au CS) :
Q – Quelle a été  la position de l’équipe présidentielle lors de la réunion de la CPU et du vote des motions.
R – Conforme au vote majoritaire (retrait du décret et non remontée des maquettes) A. Spalanzani ne s’est pas abstenu.
Q -Qu’allez-vous faire des propositions de master existantes ?
R – Rien ; elles ne sont pas remontées dans le contexte actuel.

On souligne l’incohérence d’une telle position avec le vote en CA.

Motion  2

L’AG demande une réunion des 3 conseils en congrès avant le 15 mars pour statuer sur le décret et la remontée des maquettes
Motion adoptée à l’Unanimité et 13 abstentions

Q – sur les modalités d’utilisation des procurations des personnalités extérieures.
R – Il n’y a pas de règles ; quelques fois, il y a un mandat précis.

En résumé gros problème sur le rôle actuel des personnalités extérieures dans les CA. Elles jouent le rôle inverse de celui pour lequel elles ont été créées, c’est-à-dire un décloisonnement de la communauté universitaire.

Q – sur les modalités de recours à l’intervention des forces de police sur le Campus.
R – je ne peux pas me prononcer. La règle est la protection des personnes. L’appel aux forces de police se fait sur information des renseignements généraux qui sont au courant.

Il est suggéré à René Favier que ses services pourraient être mieux informés sur ce qui se passe – en temps réel – en se renseignant au plus prés des organisations syndicales, de la communauté enseignante et étudiante. Il y a de grands risques de dérapages violents avec les procédés actuels.

Motion 3

abrogation de la LRU
Motion adoptée à l’Unanimité et 1 abstention

RV pris pour le lendemain mardi 24 en AG Inter-Universitaire + EPST et pour la manifestation jeudi 26, 14h30 Place de la Gare.

Advertisements

Poster un commentaire

Classé dans Assemblées générales

Les commentaires sont fermés.