Démissions à l’université Stendhal – 17/3/9

A l’occasion de la journée nationale d’action du 17/3/9, les enseignants-chercheurs de l’Université Stendhal ont organisé une cérémonie funéraire pour la remise de leurs démissions administratives.

Devant la bibliothèque universitaire Droit-Lettres, vêtus de noir en signe de deuil pour l’Université et la recherche publiques, tuées par les réformes gouvernementales, ils ont expliqué les motivations de cet acte : bloquer la machine administrative en démissionnant de leurs responsabilités, en signe de protestation et de mobilisation dans le cadre du mouvement en cours.

Les 32 démissionnaires recensés au 17/3/9 ont été cités un par un. Le cortège funèbre s’est ensuite rendu, au son d’une musique de circonstance, à l’Université Stendhal pour remettre solennellement les démissions à sa Présidente, Mme Lise Dumasy. Celle-ci les a reçues, en rappelant son soutien au mouvement en cours, et en assurant les personnels et étudiants mobilisés qu’elle informera le Ministère de ces démissions, et lui demandera une nouvelle fois de retirer ses réformes, et d’ouvrir de réelles négociations.

Vodpod videos no longer available.

Voir les vidéos

L’explication de la démarche

Le cortège

La remise des démissions à Lise Dumasy

Texte lu par les démissionnaires de leurs responsabilités administratives à la Présidente de l’Université Stendhal

Madame la Présidente de l’Université Stendhal,

Le fonctionnement administratif normal de toute université repose sur l’investissement lourd et quotidien d’enseignants-chercheurs, qui assument des responsabilités administratives (direction, missions diverses au sein de l’université) en plus de leurs missions de formation et de recherche. Ce travail s’effectue avec la collaboration de personnels administratifs (BIATOS) dont les carrières et les statuts sont également fortement menacés.

A l’Université Stendhal Grenoble 3, une trentaine d’enseignants chercheurs ayant des responsabilités administratives ont décidé de DEMISSIONNER de ces fonctions.

Ces démissions concernent les directeurs de département, les directeurs des études, les présidents de jurys d’examen, les responsables d’années et toute autre fonction administrative (commissions, groupes de travail divers).

Cette action collective, appelée au plan national depuis plusieurs semaines, résulte de l’absence d’avancées significatives et de réelles négociations sur l’ensemble des points qui  mobilisent la communauté universitaire aujourd’hui : la réforme du statut des enseignants-chercheurs, la formation et les concours des enseignants du premier et du second degré, les suppressions de postes programmées pour 2009 dans l’enseignement supérieur et la recherche, l’avenir des organismes publics de recherche.

Il s’agit pour nous de manifester, dans une action symbolique forte, notre détermination et notre engagement face à un gouvernement qui ne veut toujours pas entendre parler de négociations.

Alors nous le disons aujourd’hui solennellement à vous tous,

  • Parce que nous ne voulons pas d’une université où l’enseignement supérieur et la recherche devraient se soumettre à des principes uniquement financiers et s’adapter à la seule demande économique et sociale,
  • Parce que nous ne voulons pas d’une autonomie qui enserre et étouffe l’université et les étudiants qui la composent par des budgets de plus en plus insuffisants, par une réduction des postes et une précarisation des emplois à tous les niveaux, biatoss, doctorants, enseignants et chercheurs,
  • Parce que nous souhaitons pour les futurs enseignants de notre pays et pour les élèves qu’ils auront tout au long de leur carrière, une véritable formation qui s’appuie à la fois sur une connaissance approfondie des disciplines enseignées et sur une formation pédagogique encadrée et de qualité,
  • Parce que nous sommes mobilisés pour une autre réforme de l’enseignement supérieur et de la recherche, où le lien entre enseignement et recherche soit renforcé,

Nous avons l’honneur de vous remettre aujourd’hui nos démissions des charges administratives qui sont les nôtres :

Sont démissionnaires : à ce jour, 32 collègues de l’Université ont formellement démissionné de leurs responsabilités administratives.

Madame la Présidente de l’Université Stendhal,

Chers collègues et étudiants mobilisés,

Pour finir, formons ensemble un vœu :

  • que notre appel aux négociations soit entendu par ceux qui nous gouvernent,
  • et que la grave crise que l’université connaît aujourd’hui puisse déboucher sur un avenir meilleur !
Advertisements

2 Commentaires

Classé dans Actions, Démissions