Conseil Régional – question d’actualité posée par le PC – 28/3/9

Groupe communiste

Question d’actualité

Après 8 semaines, la mobilisation dans les Universités n’est pas prête de s’essouffler contrairement à ce que pourrait espérer le gouvernement de Monsieur Sarkozy.

La Coordination Nationale des Universités demande au gouvernement « de s’engager sur l’abrogation de la loi LRU et du pacte pour la recherche, avant que l’état de désordre actuellement installé dans l’université ne soit irréversible, avant, tout simplement, qu’il ne soit trop tard ».

Ils demandent le retrait du décret statutaire, le retrait du décret sur la masterisation, le retrait du contrat doctoral unique, l’arrêt du démantèlement des organismes de recherche ainsi que des engagements clairs en matière d’emploi statutaire.

Le constat est simple, la loi LRU de Madame Pécresse est en échec absolu auprès de toute la communauté universitaire. Hier soir, le CNRS a été évacué par la police alors qu’il était  occupé par les chercheurs depuis hier matin.

Les chercheurs avaient décidé l’occupation du siège après la tenue d’un conseil d’administration du CNRS, pour s’opposer au démantèlement et aux suppressions d’emplois.

Aux revendications des chercheurs, des enseignants, des étudiants, de toute la communauté scientifique de notre pays, à cela, le Gouvernement répond par le cynisme, le mépris et la répression, comptant sur l’épuisement du mouvement.

On observe une multiplication de la présence policière et la stratégie du pourrissement et de l’intimidation est intolérable, voire inquiétante pour nos libertés individuelles.

3 jeunes manifestants Lyonnais qui défilaient pacifiquement ont été récemment arrêtés et passeront en jugement la 1er avril. Que penser d’une société fermée au dialogue avec ses jeunes, et qui lui offre pour réponse les coups de matraques des CRS ?

Quelle est cette démocratie où la parole du peuple est à ce point ignorée ?

La loi Pécresse dite LRU favorise l’intrusion du système marchand dans l’Université. De ce fait, la communauté éducative sent peser une lourde menace sur la survie, la qualité de l’enseignement, l’égalité de l’accès au savoir. Le mouvement doit se poursuivre et s’amplifier.

Monsieur le vice-président à l’enseignement supérieur et à la recherche, quelle solidarité la Région peut-elle apporter par rapport à la situation préoccupante qui menace les Universités de Rhône-Alpes depuis près de deux mois ?

Advertisements

Poster un commentaire

Classé dans communiqués

Les commentaires sont fermés.