AG interU du 31/3/9

Environ 800 personnes présentes

Point sur la lutte

Ce qu’on a gagné en 8 semaines de grève :

  • 900 postes supprimés : rien
  • Contrat doctoral : rien
  • LRU : rien
  • nouveau mode de financement des universités « SYMPA » : rien
  • démantèlement du CNRS et des EPST : rien
  • Chaires d’excellence : rien
  • RGPP : rien
  • Réduction de la précarité des Biatoss : rien
  • Mastérisation : une avancée tout de même : le maintien des concours en 2009-2010, mais dans le cadre des masters existants > on va devoir gérer des publics différents, c’est intenable ; le bénéfice du concours n’est pas assuré à ceux qui n’auront pas de master ;  toujours pas d’année de stage, mais un stage de 108 jours (le prix d’une rolex entrée de gamme), et pas pour tous ; sélection par l’argent sur une d’études année de plus. On a donc affaire à un écran de fumée, on n’a quasiment rien obtenu
  • Statut des EC : on garde la modulation, le service sera défini localement par les CA, pas d’infos sur les décharges liées aux charges autres que l’enseignement et la recherche, possibilité de refuser individuellement une modulation imposée mais sans garantie de faisabilité, l’équivalence TP/TD n’est pas financée = rien

Conclusion : la lutte continue ! L’intersyndicale nationale invite d’ailleurs à amplifier la mobilisation.

Face au mépris et à l’humiliation que nous inflige le Gouvernement, nous n’aurons qu’une seule réponse : la résistance. Nous n’avons pas encore été entendus. Plus que jamais le mot d’ordre du 2 février : « l’université s’arrête » est d’actualité. Nous continuerons le printemps des chaises et des tables tant que nous n’obtiendrons pas satisfaction.

Actions

Mardi : L’UJF s’apprête à remonter ses maquettes de master de formation d’enseignement : il est proposé d’occuper le bâtiment administratif, et de faire une ronde des obstinés autour : journée de la honte pour l’UJF et l’IUFM !

Mercredi : 14h30 : vente aux enchères des profs + Pécresse fout l’université à poil

Jeudi : manif départ 10H à la gare + action coup de poing

Pétition lancée par l’UFR  de psychologie « contre la violence et la présence massive d’agents de sécurité à l’UPMF »

Haie de déshonneur : Contre le bruit des bottes le silence des pantoufles (accueillir par une haie les étudiants qui souhaitent aller en cours)
15 NPPV 123 Abs  59 pour 164 contre REFUSEE

blocage de toute l’UPMF
30 NPPV 90 Abs 101 pour 34 contre ADOPTEE

Autres actions évoquées :

  • Opérations escargots sur la rocade
  • Bloquer l’ARSH et le BSHM si reprise des cours
  • murs de cartons sur voies de passage

Motions

Motion 1 sur la validation du semestre 2

L’AG interuniversitaire réunie le 31 mars 2009 réaffirme le principe de non pénalisation des étudiants mobilisés.

Par conséquent, nous exigeons la garantie de l’organisation d’une validation du second semestre pour tous les étudiants.

Cela nécessite un aménagement des évaluations, avec un éventuel aménagement des contenus et une valorisation du travail personnel des étudiants.

Nous appelons les CEVU des 3 universités à ne pas tenir les partiels durant la période de mobilisation.

Nous appelons les UFR à gérer les contraintes pédagogiques en interne, par une concertation des étudiants et des personnels.

Nous appelons les AG d’université et d’UFR à voter cette motion, et à faire pression sur les conseils et les Présidents d’université pour garantir des conditions d’évaluation favorables aux étudiants.

Nous appelons à créer un comité de vigilance, réunissant étudiants et personnels, référent en cas d’entrave à la non pénalisation. Nous rappelons qu’il existe des possibilités de recours administratifs.

2 NPPV 12 abs 0 contre  ADOPTEE

Motion 2

Nous étudiants, enseignants-chercheurs et biatoss en grève depuis 9 semaines, exigeons l’abrogation de la LRU et le retour des postes supprimés. Darcos et Pécresse n’ont rien cédé. Les réformes subies par l’enseignement supérieur et  la recherche ceux du même ordre que celles qui frappent les autres services publics : logique de rentablité, soumission aux marchés financiers, casse du code du travail, licenciements, c’est à dire faire payer au peuple la crise du capitalisme. La tentative de casse des acquis sociaux nous entraîne à appeler à la continuité et la convergence des luttes pour  faire céder le Gouvernement, faire payer leur crise aux financiers, faire voter partout la grève reconductible indispensable pour faire gagner nos luttes.

4 NPPV 31 abs  0 contre ADOPTEE

Motion 3

L’AG condamne les conseils d’universités qui désavouent des décisions de l’AG.

1 NPPV 42 abs 1 contre ADOPTEE

Motion 4

Obtenir la tenue d’un référundum sur la LRU et l’ensemble des réformes de l’enseignement supérieur et de la recherche

10 NNPV 72 abs 49 contre ADOPTEE

Advertisements

4 Commentaires

Classé dans Actions, Assemblées générales