A quand les pré-inscriptions à l’IUFM de Grenoble ?

A ce jour -8 mai 2009-, l’IUFM de Grenoble reste le seul de France, avec la Corse, à ne pas proposer de pré-inscriptions aux étudiants qui souhaitent devenir enseignants (on se borne un à « Recensement des candidatures aux concours des métiers de l’enseignement« ) ! Un scandale dénoncé par l’intersyndicale du campus par une interpellation des Présidents des Universités Jospeh Fourier, Pierre Mendès France, Stendhal et Savoie par un courrier du 30 avril ; et du Président de l’UJF par ses enseignants et étudiants puisque l’IUFM est rattachée à cette université. A ce jour, pas de réponse… Pendant ce temps, nos étudiants vont (légitimement) s’inscrire ailleurs…

Lettre ouverte au Président de l’UJF

Ouverture des pre – inscriptions à l’IUFM : Qu’attend l’UJF ?

Aujourd’hui, 4 mai 2009, la préparation de l’année universitaire 2009 / 2010 est une urgence.

Pour répondre à l’inquiétude légitime des étudiants, il est  impératif que des dispositions soient prises sans délai pour assurer la prochaine rentrée universitaire, la préparation aux concours et la formation des enseignants. La situation actuelle est extrêmement confuse, au point que certains étudiants, qui ont anticipé sur la réforme en s’inscrivant en M1, se retrouvent particulièrement pénalisés.

Aussi, à l’heure actuelle, la seule solution envisageable pour répondre à la situation d’urgence consiste à maintenir intégralement pour l’année 2009 / 2010 les dispositifs 2008-2009, en termes d’inscription, de préparation, de recrutement et de formation professionnelle (années PE2 et PLC2) à l’issue des concours. Cette position est unanimement défendue par les organisations syndicales, de très nombreuses sociétés savantes, SLR, SLU, la CDIUFM et la CPU, par exemple.

Dans l’académie de Grenoble, cette situation de confusion se double d’une urgence supplémentaire : en effet, alors que dans la quasi-totalité des académies, les pré inscriptions dans les IUFM sont largement ouvertes, de façon incompréhensible, la direction de l’UJF et celle de l’IUFM n’ont toujours pas pris cette décision.

Les soussignés, enseignants, enseignants-chercheurs et étudiants de l’UJF, s’associent donc à la motion déjà votée par le CÉVU de l’UJF, le 9 avril 2009, pour exiger :

  • le maintien  intégral pour l’année 2009 / 2010 des dispositifs 2008-2009
  • l’engagement par le Président de l’UJF de l’ouverture immédiate des inscriptions à l’IUFM, pour tous les étudiants (y compris titulaires d’un M1) qui souhaitent suivre les préparations aux concours de recrutement des enseignants (PE et PLC) en 2009-2010.

Cette lettre a recueilli, en 48h à peine, plus de 100 signatures d’enseignants de l’UJF (la quasi totalité des responsables et des enseignants des prépas CAPES et Agrégation, 2 directeurs et 2 directeurs-adjoints d’UFR) et plus de 60 signatures d’étudiants de l’UJF (L3, prépas CAPES et prépa agrégation).

Courrier de l’intersyndicale du 30 avril adressé au Président-e-s

Madame, Messieurs les Présidents, chers collègues,

Dans un communiqué paru le 3 avril, intitulé : « Le temps presse », les coordinations nationales Formation des enseignants (CNFDE) et des Universités (CNU), 17 organisations syndicales,  4 collectifs, les conférences des doyens et des directeurs d’UFR de lettres langues, SHS (CDUL) et d’UFR scientifiques (CDUS), 23 sociétés savantes ou associations de spécialistes, 4 mouvements pédagogiques et une association de parents d’élèves, constataient :

« La situation actuelle est extrêmement confuse. Aussi, à l’heure actuelle, la seule solution envisageable pour répondre à la situation d’urgence consiste à maintenir pour l’année 2009-2010 les dispositifs actuels, à savoir :

  • les épreuves actuelles des concours
  • l’ouverture des inscriptions en IUFM
  • le calendrier des épreuves des concours
  • les conditions d’inscription en IUFM et aux concours
  • les dispositifs de préparation à ces concours (IUFM et UFR)
  • l’année de stagiaire rémunéré à l’issue des concours, dans les conditions actuelles. »

Ils préconisaient, « pour préparer l’avenir, et plus particulièrement l’année 2010-2011 de mettre en place les conditions d’une véritable réflexion qui s’attacherait à définir un cursus de master approprié. »

A ce jour, alors que le consensus est obtenu sur ces points y compris par la CPU, dans l’académie de Grenoble, AUCUNE de ces mesures n’a été mise en place.
Au contraire, les Universités de l’Académie, s’ingénient à imaginer des dispositifs d’autant plus complexes qu’elles ne partagent pas le même point de vue sur la formation des enseignants, et qui rajoutent de la confusion à la confusion.

Nous ne pouvons plus attendre : nous demandons aux présidents des universités de l’Académie de Grenoble, ainsi qu’au directeur de l’IUFM, de prendre sans délais, toutes les mesures utiles pour que les pré-inscriptions, les formations et les préparations aux concours se déroulent DANS LE RESPECT INTÉGRAL des dispositifs existants, qu’aucun texte à ce jour n’a remplacés.

Nous souhaitons être entendus et nous vous demandons une entrevue dans les plus brefs délais, compte tenu de l’urgence de ce dossier.

Organisations signataires :

FERC-SUP  CGT
FSU (SNESUP, SNES, SNEP, SNUIPP, SNCS)
SGEN-CFDT
Sud Education
UNSA (Sup’Recherche, SNPTES)

Advertisements

2 Commentaires

Classé dans communiqués