Voeu relatif à la situation dans les universités – Ville de Grenoble

Ville de Grenoble, Conseil municipal du 6 juillet 2009

Voeu présenté au nom des groupes PC, PS, PRG, MRC, Société civile, Go, Ecologie & Solidarité

Monsieur le Maire, Cher(e)s collègues,

Notre Conseil Municipal s’est déjà prononcé à propos de la situation des Universités. Pourtant, la lutte des étudiants et des enseignants- chercheurs continue. A l’heure où les délibérations concernant le Plan campus et le projet de Contrat Etat-Région vont être présentées dans les collectivités territoriales, le Gouvernement ne peut continuer à ignorer les revendications légitimes des étudiants et des personnels des Universités. En effet, les réformes du service public d’enseignement supérieur et de recherche, engagées dès 2006 avec le « pacte recherche », vont dans le sens d’une déstructuration en profondeur. Cela ne saurait laisser indifférente une ville universitaire comme la nôtre. La loi d’autonomie des universités (LRU), prélude aux décrets d’avril 2009, s’inscrit dans une politique qui cache bien mal l’abandon de la responsabilité de l’Etat. La concentration des pouvoirs autour du président est une porte ouverte à des décisions placées sous le signe de l’arbitraire. La mise en place de politiques managériales, également à l’oeuvre dans les hôpitaux et la magistrature, là où la collégialité est seule garante d’indépendance, est bien le signe que ces réformes engagent l’université dans une voie préoccupante. Dégradation de la formation des professeurs, modification des  statuts des enseignants chercheurs, nouveau contrat doctoral, démantèlement des grands organismes de recherche : la multiplication des passages en force du gouvernement sur ces dossiers insuffisamment concertés avec les personnels comme avec les étudiants doit nous inquiéter. Le service public d’éducation et de recherche qui devrait être garant de l’égalité de tous est menacé. Les filières jugées peu rentables risquent de disparaître à terme. Les filières jugées rentables, richement dotées, seront l’enjeu d’une concurrence exacerbée entre universités, entre étudiants.

Les circulaires ne peuvent se substituer aux décrets. Les déclarations méprisantes ne peuvent apaiser le débat. Les mesures dilatoires ne peuvent remplacer la négociation. La mobilisation universitaire est exceptionnelle par sa durée, son intensité et son unité, initiée par le monde enseignant et rapidement relayée par les étudiants. Par ailleurs, la mission d’insertion professionnelle que nous ne contestons pas, doit s’accompagner des formations et de moyens supplémentaires inexistants à ce jour. Le Conseil Municipal, convaincu que le système universitaire français doit profondément évoluer, avec des moyens renforcés, pour faire face aux enjeux du XXIème siècle, refuse les passages en force du Ministère. Le Conseil Municipal appelle donc en préalable à toute modification législative et réglementaire à ce qu’une large concertation avec l’ensemble des acteurs éducatifs, les IUFM, les étudiants et leurs familles s’engage, étape indispensable à cette évolution.

Le Conseil Municipal rappelle et confirme par ailleurs sa délibération du 07 juillet 2008 concernant le projet « Grenoble université de l’innovation » . A l’étape actuelle, il demande notamment des Universités de Grenoble et de Grenoble Universités :

  • de prendre toutes les mesures pour que l’actuel dispositif de l’EPCS cède la place au plus vite à une « université unique et de plein exercice » assurant le « traitement égalitaire de toutes les disciplines en faveur de tous les étudiants et de toutes les populations », pour laquelle le Conseil Municipal s’est prononcé
  • de mettre pleinement en oeuvre une démarche associant « les personnels et étudiants des établissements supérieurs et organismes de recherche et leurs représentants »
  • de prendre vis à vis du dispositif de formation des maîtres sur l’Académie toutes les mesures nécessaires afin de préserver les chances d’une issue négociée notamment par la reconduction intégrale en 2009-2010 des dispositions antérieures, et de solliciter l’ouverture de véritables concertations nationales avec tous les acteurs de la formation des maîtres, dans laquelle les IUFM auraient toute leur place, et dont les objectifs seraient l’amélioration de la formation des maîtres et non la réduction de postes.

Résultat du vote :

L’UMP ayant quitté la salle, la délibération est adoptée. Votes :

  • 41 Pour (Ecologie & Solidarité / la majorité du PS / PC / Go)
  • 9 Ne prennent pas part au vote (MoDem / 3 PS : B. Betto, A. Simiand, M. Vuaillat)
Publicités

1 commentaire

Classé dans communiqués

Une réponse à “Voeu relatif à la situation dans les universités – Ville de Grenoble

  1. Pingback: Voeu relatif à la situtation des universités – Intervention des éluEs écologistes « Coordination enseignement supérieur et recherche – Grenoble