Archives de Tag: 2e semestre

Coup de chapeau aux personnels Iatoss !

Communiqué du 16/6/9, SnesUp – FSU, Sud Education – Solidaires, FercSup – CGT, Collectif MARRE, SLU – Université Stendhal

En cette fin d’année particulière, nous, organisations syndicales et collectifs mobilisés, tenons à saluer le travail fourni par les personnels Iatoss de l’Université Stendhal, et particulièrement les collègues des différents points d’accueil, de la scolarité et des secrétariats pédagogiques.

Ces métiers sont difficiles, et demandent des connaissances pointues -offre de formation détaillée, réglementation pour l’organisation des examens…- ; mais ils sont trop souvent ignorés ou sous-estimés.

Nos collègues sont les interlocuteurs privilégiés de nos étudiants, et sont trop souvent mal remerciés de leur dévouement : premières victimes des énervements plus ou moins justifiés, ils subissent trop souvent des réflexions excitées, des réclamations hystériques ou des insultes ; trop souvent aussi leur travail n’est pas reconnu à sa juste valeur, trop souvent nous oublions de les remercier pour avoir tenu à bout de bras l’année universitaire, alors que bien des reproches leur sont faits, négligeant les conditions de travail dégradées dans lesquelles ils et elles exercent.

Notre établissement doit en effet assurer toutes ces tâches avec des sous-effectifs chroniques, et en s’appuyant sur de trop nombreux personnels précaires. Les suppressions d’emplois subies en 2009 -3 postes Iatoss !- n’arrangent rien !

Cette fin d’année, face à l’autisme du Ministère Pécresse qui refusait de prendre acte de la mobilisation historique dans l’université française, et de neutraliser en conséquence le 2e semestre, nous avons dû mettre en place sur un calendrier aménagé -et donc différent de celui initialement prévu- à la fois des examens et des jurys de validation / obtention, afin de sauvegarder l’année de nos étudiants.

Ce dispositif sollicite particulièrement les Iatoss dans les UFR. Ce sera à nouveau le cas à la rentrée de septembre, où il faudra gérer les 2e sessions et 2e vague de jurys tout en organisant la rentrée ! Nos collègues Iatoss n’ont pas à subir les conséquences de la mobilisation : c’est à l’ensemble de notre communauté, Iatoss, enseignants-chercheurs et étudiants, qu’il revient de gérer cette période particulière et de tout faire pour qu’elle se passe au mieux, en gérant collectivement le dispositif et les inévitables dysfonctionnements qui se présenteront.

Nous tenons donc à remercier particulièrement nos collègues Iatoss de leur travail indispensable à la bonne marche de notre université, et à les assurer de notre soutien en cette période de surcharge. Les organisations syndicales en particulier sont bien entendu à leur disposition pour les accompagner en cas de problèmes.

SnesUp – FSU
Sud Education – Solidaires
FercSup – CGT
Collectif MARRE
SLU Université Stendhal

Poster un commentaire

Classé dans communiqués

L’Université Stendhal Grenoble 3 n’abdique pas et préserve son autonomie pédagogique et scientifique

Communiqué du 26/5/9 de la FercSup CGT Université Stendhal, du SnesUp Grenoble, de Sud Education Université Stendhal, des personnels mobilisés de l’Université Stendhal – Collectif MARRE – Sauvons l’Université (Université Stendhal)

La forte mobilisation des personnels et des étudiants de l’Université Stendhal a conduit l’équipe présidentielle de l’université Stendhal, en concertation avec les étudiants et personnels mobilisés, à proposer l’organisation de jurys de validation / obtention, permettant :

  • de mettre en œuvre un dispositif pédagogique adapté aux besoins des étudiants et répondant à la disparité des situations existantes au sein de l’université ;
  • de définir un programme et des objectifs de travail, au terme d’une approche concertée au sein des équipes pédagogiques et en lien avec les étudiants ;
  • de valider le deuxième semestre sur la base d’un travail personnel et d’un entretien devant jury chargé d’évaluer les aptitudes et les connaissances des étudiants ;
  • de garantir au-delà de cette fin d’année, un soutien et un renforcement disciplinaire aux étudiants pour lesquels il s’avérerait nécessaire.

Cette proposition est battue en brèche par la Ministre de tutelle qui, bien loin de s’inquiéter de la  transmission des savoirs ou de la réussite du plus grand nombre, et sans tenir compte du caractère extraordinaire de cette fin de semestre, voudrait nous imposer une évaluation hâtive, voire bâclée.
En menaçant notre Université du tribunal administratif, en refusant de reconnaître la validité de nos diplômes si nous maintenions cette modalité pourtant inscrite dans le cadre réglementaire de l’université en accord avec les textes en vigueur, la ministre Pécresse va au bout de sa logique d’instrumentalisation de la question des examens à des fins de pure communication politique.

Elle défend ainsi une conception bien particulière de l’autonomie qu’elle entend imposer aux universités : une autonomie qui ne vaut que par l’assujettissement qu’elle impose aux universités sur les questions pédagogiques et scientifiques, à ses propres visées.
Qui oserait prétendre que c’est au ministre, aussi éclairé soit-il, qu’il revient de prendre les décisions pédagogiques les plus adaptées à la situation concrète que vivent nos étudiants ?
Qui, sinon les enseignants de notre université, sont les mieux à même de définir les objectifs de formation, et les moyens de les atteindre pour nos étudiants ?

Parce que nous n’avons pas d’autres buts que de protéger les étudiants contre un Gouvernement qui s’en lave les mains – voire qui serait prêt à sacrifier des milliers d’étudiants pour faire un exemple -, parce que nous pensons que la discussion et la négociation sont les seules voies pour définir ensemble notre avenir, parce que nous entendons défendre l’autonomie pédagogique et scientifique de notre université, nous avons accepté un compromis qui ne signe pas la fin de notre mouvement, bien au contraire : afin de poursuivre la mobilisation sans faire payer aux étudiants de troisième année de licence le prix de l’incurie et du mépris du Gouvernement, nous acceptons que les évaluations soient organisées, pour la troisième année, dans le cadre des modalités de contrôle des connaissances votées, sur la base des enseignements effectivement dispensés.  Les première et deuxième années de licence bénéficieront du dispositif des jurys d’obtention-validation.

Notre souci de maintenir l’unité de l’université et de respecter les avis de la majorité de ses membres, notre volonté de trouver une issue à la situation actuelle en mettant en oeuvre une solution concertée, nous ont rendus encore plus solidaires et déterminés.

Oui Madame Pécresse, nous sommes toujours debout, forts d’une mobilisation sans précédent et d’une très large prise de conscience du caractère destructeur, néfaste, de vos réformes : notre communauté dans son ensemble réaffirme l’incompatibilité fondamentale de la LRU avec un service public de qualité accessible à tous.
Tant que le Gouvernement persistera, et fermera la porte à une véritable concertation de notre communauté, nous lui opposerons la résistance de notre détermination.

Le mouvement continue, et il prendra d’autres formes dans les semaines et les mois à venir. Comme l’affirmait avec force la dernière CNU : « les universités entrent en résistance ».
Résistons !

FercSup CGT Université Stendhal – SnesUp Grenoble – Sud Education Université Stendhal
Les personnels mobilisés de l’Université Stendhal – Collectif MARRE (Mobilisés pour une autre réforme de la recherche et de l’enseignement) – Sauvons l’Université (Université Stendhal)

Télécharger la version PDF

1 commentaire

Classé dans communiqués

Fin de l’année à Stendhal – AG du 25/5/9

L’Université Stendhal n’abdique pas et conserve son autonomie pédagogique !

Après un point d’info sur le mouvement national, qui contrairement à ce qu’essaye de faire croire le Gouvernement, tient toujours, et un point local (avec notamment l’info sur le C.U.L. !), l’AG a laissé la parole à Lise Dumasy, Présidente de l’Université Stendhal, pour qu’elle explique comment  l’institution envisage d’organiser la fin de l’année suite à la mobilisation exceptionnelle dans notre université.

Communiqué de la Présidence

Lise Dumasy à tout d’abord réaffirmé le soutien de l’Université et d’elle-même au mouvement et aux revendications portées depuis maintenant près de 5 mois.

Concernant la fin de l’année, suite aux concertations menées en interne, le dispositif de reprise des contacts et du suivi pédagogique de fin d’année a été validé par les votes du CEVU et du CA. Ces votes ont également permis la mise en place du dispositif de validation du semestre, selon des modalités différentes pour les L1 – L2 d’une part, les L3, M1 – M2 d’autre part, avec décalage des dates d’examen.

Les sites de Valence et d’Echirolles restent sur des modalité de contrôle de connaissances inchangées.

Pour les L1 et les L2 seront mis en place des jurys de validation. L’examen par ce jury reposera sur la constitution par l’étudiant d’un dossier et sur un entretien. Les UFR préciseront prochainement les modalités de constitution de ces dossiers, et d’organisation de ces entretiens, en coordination avec l’équipe présidentielle.

Pour les L3, M1 et M2, les Modalités de contrôle des connaissance (MCC) restent inchangées, avec cependant un décalage du calendrier pour les L3 et M1.

Les examens, quelle que soit leur nature seront bien sûr organisés en fonction des contenus qui auront pu être délivrés à tous les étudiants au cours du semestre.

La Présidente a informé l’AG des retours négatifs qu’elle a eu sur ce dispositif de la part du cabinet de Pécresse et du recteur, et des menaces d’invalidation qu’ils ont essayé de brandir, menaces qui ont décru au fur et à mesure qu’ils découvraient la réalité et la solidité pédagogique et juridique du dispositif.

Débat

Les débats ont dénoncé l’incurie du Gouvernement, qui non seulement a la responsabilité de la perturbation de la fin de l’année mais refuse d’en assumer les conséquences en permettant une neutralisation réelle du semestre ! Sans compter que la question de la fin de l’année parasite la lutte en monopolisant l’attention.

Même si l’idée d’abandonner la neutralisation « pure et dure » envisagée un temps -notamment lors de la consultation du 11 mai– est déplaisante, il apparaît à beaucoup impossible de faire courir le risque aux étudiants de payer les pots cassés si le Ministère mettait ses menaces d’invalidation à exécution. Le dispositif proposé par la Présidente est certes un compromis, mais il permet de préserver l’intérêt de nos étudiants, souci qui n’a pas l’air de préoccuper le ministère !

De nombreuses interventions saluent la qualité du dialogue institué au sein de l’Université Stendhal tout au long du mouvement, même si l’institution et la mobilisation peuvent avoir des intérêts différents.

Le dispositif proposé nécessitant soit un déserrement, soit une levée du printemps des chaises, le débat a également lieu autour de cette question.

A l’issue du débat, des motions sont mises au vote.

Motions

1- Nous acceptons le dispositif proposé par l’équipe présidentielle consistant à organiser des jurys de validation / obtention pour les L1 et les L2, et à organiser des évaluations conformes aux MCC pour les L3, sous une forme adaptée à la situation (ie : sur les contenus réellement délivrés).

25 abst 54 contre 105 pour ADOPTEE

2- Printemps des chaises

30 NPPPV ou abst

1/ nous ne touchons pas au printemps des chaises

65 pour

2/ nous acceptons de rééquiper quelques salles de leurs chaises pour la mise en oeuvre de ce dispositif

93 pour ADOPTEE

3/ nous levons totalement le printemps des chaises

14 pour

1 commentaire

Classé dans Assemblées générales

La consultation à Stendhal demande la neutralisation du 2e semestre

Le lundi 11 mai 2009, la Présidence de l’Université Stendhal a convoqué les personnels (enseignants-chercheurs et Biatos) et les étudiants à une réunion d’information suivie d’une consultation, sur les réformes en cours et l’organisation de la fin de l’année universitaire.

Voici les résultats (voir ici le communiqué de la Présidence et les résultats détaillés) :

  • les réformes Darcos / Pécresse sont, comme à l’UJF et à l’ARSH, massivement rejetée par la communauté universitaire
  • la neutralisation du semestre (c’est à dire la possibilité de permettre aux étudiants de poursuivre leurs études sur la base des résultats du 1er semestre sans organiser les examens du 2e, mais tout en offrant un accompagnement pédagogique) est largement préférée

Suite à ces résultats, l’AG du 12/5/9 a décidé de lever le blocage mis en place le 5 mai.

I. Votre position sur les réformes en cours
Etes-vous pour le report de la mastérisation jusqu’à l’année 2010, de manière à permettre une remise à plat complète du contenu de la réforme, en discussion avec l’ensemble de la communauté universitaire ?
OUI 79%
NON 6%
Abstention 15%
Approuvez-vous les dispositions prises par le décret du 25 avril 2009 modifiant le statut des enseignants-chercheurs ?
OUI 8%
NON 65%
Abstention 27%
Des postes ont été supprimés dans les Universités en 2008-2009. Etes-vous favorable à une restitution de ces postes et à un meilleur engagement de l’état dans le financement de l’enseignement supérieur et de la recherche publics ?
OUI 87%
NON 3%
Abstention 9%
Etes-vous favorable au contrat doctoral tel qu’il a été mis en place par la réforme en cours ?
OUI 3%
NON 48%
Abstention 49%
II. Le dispositif pédagogique mis en place au second semestre
Etes-vous pour la reprise, le plus rapidement possible, du dispositif mis en place par l’Université Stendhal pour permettre les rencontres pédagogiques et la transmission des connaissances ?
OUI 72%
NON 19%
Abstention 9%
III. Les modalités de validation
Etes-vous pour l’organisation d’examens adaptés, préparés en fonction des contenus pédagogiques qui ont pu être transmis durant le semestre ?
OUI 42%
NON 51%
Abstention 7%
Si vous avez répondu oui à la question précédente, choisissez la solution qui vous semble la meilleure (NB : si vous avez
répondu « non » ou » « abstention » à la question précédente passez cette question)
1ère session en juin, 2ème session en septembre 83%
1ère et 2ème sessions en septembre 11%
Jugez-vous préférable à la solution d’examens adaptés et allégés la demande par l’Université d’une neutralisation du
deuxième semestre
, avec accompagnement pédagogique et préparation de l’année prochaine?
OUI 59%
NON 31%
Abstention 10%
IV. Question supplémentaire, posée à la demande expresse des délégués de l’AG du jeudi 7 mai 2009 des personnels et enseignants mobilisés
Etes-vous pour l’abrogation de la loi LRU ?
OUI 64%
NON 10%
Abstention 27%

Vodpod videos no longer available.

Voir l’article et le diaporama de la consultation de Grenews

2 Commentaires

Classé dans Assemblées générales

Motions votées par le CA de Stendhal – 4/5/9

Communiqué de la Présidence

Une délégation de l’AG de la mobilisation a été reçue par le CA de l’université Stendhal le 4 mai. Elle a exposé les motions votées :

  1. La mise en œuvre du dispositif de la présidence et l’organisation des examens ne sont pas à l’ordre du jour.
  2. Il a été décidé de soumettre une motion similaire à celle prise par Paris IV : « On ne peut organiser une session d’examens dans des conditions qui garantissent la valeur des diplômes. Nous n’avons qu’une solution : la neutralisation du semestre. Une telle mesure sera soumise à la validation des autorités de tutelle. En cas de refus de celles-ci, l’université se trouvera dans une situation très grave dont seul le gouvernement porterait la responsabilité.»
  3. L’AG appelle au blocage de l’université si le CA refuse de demander la neutralisation du semestre

Une discussion a suivi entre le CA et les collègues et étudiants présents dans la salle. Puis le CA a délibéré longuement sur la situation.

A l’issue de la discussion, il a adopté (à 19 pour, 2 contre, 1 abstention) la motion suivante :

Motion du CA

1) Le CA déplore l’attitude de mépris et d’absence d’écoute du Ministère par rapport aux revendications légitimes de la communauté universitaire et le passage en force sur les différents dossiers en débat (statut des enseignants, mastérisation de la formation).

Il demande que le Ministère revienne à une position de véritable écoute et négociation sur l’ensemble de ces dossiers.

Le report de la mastérisation pour 2009-2010 doit donner le temps de la négociation et le décret sur le statut des enseignants-chercheurs doit être rediscuté.

2) Le CA souhaite maintenir le dispositif de suivi pédagogique mis en place, et s’engage à veiller à ce que ce suivi se fasse dans le respect des consignes données : adaptation des contenus aux conditions du semestre, non pénalisation des étudiants grévistes. Il rappelle qu’une commission de médiation est mise en place pour veiller à ce respect.

3) Etant donné la mobilisation actuelle, le CA décide le report de la 1ère session d’examens au mois de juin. Il rappelle qu’au-delà d’une session débutant le 15 juin, aucune session d’examens ne pourra être organisée avant les vacances universitaires. En tout état de cause, la 2e session ne pourra se tenir qu’en septembre. Des dispositions particulières sont étudiées pour l’ICM et pour Valence.

4) En cas d’impossibilité de tenue des examens en juin, le CA se réserve d’interpeller le Ministère sur la résolution de la situation.

5) La réunion des 3 conseils du 15 mai débattra de l’ensemble de la situation de l’université et donnera son avis.

Lire la suite

1 commentaire

Classé dans communiqués, Conseils

Blocage à Stendhal

Mise à jour du 12/5/9 : suite à la consultation du 11/5/9 qui a demandé la neutralisation du 2ème semestre, l’AG de Stendhal du 12/5/9 a décidé la levée du blocage.

Suite à l’AG du 4/5/9, l’Université Stendhal a été bloquée par les personnels et étudiants mobilisés ce mardi 5 mai, pour continuer à protester contre les réformes du Gouvernement, comme rappelé par la CNU du 29 avril :

  • Abrogation de la loi LRU et du pacte pour la Recherche.
  • Retrait du projet de réforme de la formation et du recrutement des enseignants des premier et second degrés qui menace à très court terme le système public d’éducation
  • Retrait du décret sur le statut des enseignants-chercheurs et le CNU
  • Retrait du contrat doctoral unique
  • Rétablissement des postes supprimés en 2009, mise en place d’un plan pluriannuel de création d’emplois statutaires concernant l’ensemble de la communauté universitaire et résorption de la précarité.
  • Opposition aux principes de dotation budgétaires (système SYMPA), qui mettent dès à présent en danger les filières technologiques universitaires (IUT, IUP, IUFM, etc…).
  • Arrêt du démantèlement des organismes publics de recherche et réaffirmation de leur rôle d’opérateur de recherche
  • opposition aux mesures qui conduisent à la précarisation des étudiants (démantèlement du CROUS, augmentation prévisible des frais d’inscription, etc…)

La mobilisation continue, et en conséquence la CNU appelle à ne pas organiser la tenue des examens : le blocage de l’Université Stendhal s’inscrit dans cette démarche.

Depuis mercredi dernier, les personnels administratifs ont accès aux locaux. La Présidence organise une consultation des perosnnels et étudiants lundi 11 mai.

2 Commentaires

Classé dans Actions, Assemblées générales

AG Stendhal – 4/5/9

Environ 300 personnes présentes, étudiants et personnels

Bref compte rendu de la CNU du 29 avril, un point sur le contre-sommet de Louvain et les prochaines échéances au niveau européen (G8 de Turin, printemps 2010), les dernières actions locales d’occupation de l’espace public ont été rappelées (ronde des obstinés et manifestation avec collage d’affiches).

Ensuite, plusieurs prises de parole ont porté sur le la tenue des examens et les conséquences du dispositif de reprise de contact. L’hypothèse de neutralisation du semestre, avancée par le congrès de Paris IV, a été montrée en exemple, étant donné l’impossibilité d’organiser des examens dans des conditions satisfaisantes (d’ailleurs il a été remarqué que les examens au BSHM ont été annulés par M. Spalanzani lui-même, les rattrapages ayant été jugés insuffisants). Enfin, les effets démobilisateurs de la reprise à l’ARSH ont été signalés.

Motions

Au terme de ces interventions, les motions suivantes ont été votées :

  • « La mise en œuvre du dispositif de la présidence et l’organisation des examens ne sont pas à l’ordre du jour. »
    Adoptée à l’unanimité.
  • Il a été décidé de soumettre une motion similaire à celle prise par Paris IV au CA de cet après-midi :
    « On ne peut pas organiser une session d’examens dans des conditions qui garantissent la valeur des diplômes. Nous n’avons qu’une solution : la neutralisation du semestre. Une telle mesure sera soumise à la validation des autorités de tutelle. En cas de refus de celles-ci, l’université se trouvera dans une situation très grave dont seul le gouvernement porterait la responsabilité. »
    Adoptée à l’unanimité.
  • « L’AG appelle au blocage de l’université si le CA refuse de demander la neutralisation du semestre. »
    Adopée à la majorité.

Au terme de l’AG, une délégation de 200 personnes est allée donner lecture de ces motions au CA. Une discussion a eu lieu entre les membres de cette délégation et les membres du CA. Après une demi-heure d’échanges vifs mais courtois, la délégation s’est retirée pour laisser le CA délibérer.

1 commentaire

Classé dans Assemblées générales